Approche – Approach

L’approche de Tintamarre : le spectacle collaboratif

Tout théâtre repose sur la collaboration, dites-vous!  Patientez, cher lecteur, car chez Tintamarre l’esprit de collaboration anime chaque phase du processus de création.

(English coming soon!)

Le choix d’un thème
Normalement le thème de l’année en cours a été suggéré par les comédiens de l’année précédante, ce qui permet une période de recherche et de réflexion avant le début de l’année scolaire.

Vers un nouvel activisme
L’activisme implicite (fonction subversive du théâtre, renouvellement de la pédagogie – et encore!) que nous pratiquons depuis longtemps se fait remplacer actuellement par un activisme explicite (la famille en 2009, suivie par l’urbanisation en 2010 , puis l’alimentation et le fast-food en 2011, et l’écophobie et le changement climatique en 2012). (Argument, Bus 36, Bouffe, CAMP).

Les premières semaines
Dès la rentrée scolaire de septembre, le thème en vedette fait l’objet de séances de remue-méninges et d’improvisation dramatique, de création de personnages et de partage d’expérience, le tout épicé de jeux divers, choisis en fonction du besoin du moment : énergie, focus, détente…

Les comédiens viennent de partout sur le campus, l’expérience théâtrale et le bilinguisme n’étant pas requis, ce qui assure une diversité riche au niveaux de l’expérience et de la participation.

Les sessions se déroulent dans un espace sécurisant où le risque, le rire et l’absurde sont souvent au rendez-vous.  Tintamarre privilégie l’absurdo-réalisme.  On y parle les deux langues, souvent à bâtons rompus.

Il en résulte une ‘fable’ – l’histoire – dont nous cernons petit à petit le parcours.  Entre les séances, hebdomadaires pour la plupart, Alex écrit des scènes dont certaines paraîtront dans le texte final.

Tant de liberté, et pourtant un échéancier fixe.

Une date limite incontournable
Une échéance s’impose probablement plus que toutes les autres : la date avant laquelle le texte doit être mené à bonne fin.  Alex vise une comédie activiste et bilingue qui respecte la vision de Tintamarre – célébrer nos différences, et le rôle que le théâtre peut jouer dans notre monde.

Le comédien et son personnage
En route les comédiens font beaucoup de choix, à tous les niveaux et à partir du choix initial de thème jusqu’à la répétition générale lorsqu’il est question de résoudre un petit problème de mise en place, de ton de voix, de gestuelle, et tant d’autres encore…  Vive la co-gestion, qui ne s’arrête pas lorsque le texte, définitif et relié, sort du centre de photocopiage!

Ensuite nous prévoyons deux ou trois séances où les comédiens sont invités à lire le texte en “jouant” divers personnages, histoire de se mettre dans plusieurs peaux et de s’écouter les uns les autres.  Certain comédiens affichent une préférence, alors que d’autres demeurent indécis – et tant mieux!

Le casting
Chaque comédien indique, à titre confidentiel, les rôles qu’il aimerait surtout jouer – et ceux qu’il préfere ne pas jouer – aussi bien que ses limites (pas de jurons, pas de rôle assexué…) et des préférences (beaucoup de français, un peu de français, pas de chant en solo…).

Nous invitons aussi chaque comédien à proposer d’autres acteurs pour chaque rôle, ce qui s’avère toujours informatif et enrichissant.

Ensuite Alex et l’assistant.e à la mise en scène (un.e étudiant.e) proposent une distribution qui tient en compte les limites et préférences, les antécedents tintamarriens, les richesse l’inégrité artistiques du spectacle…

Vers la création scénique
Ensuite nous arrêtons un emploi du temps qui tient compte, dans la mesure du possible, des autres activités et obligations de tous les comédiens – et puis les répétitions commencent!

Nous consacrons au moins 25% de chaque répétition au réchauffement (jeux, exercices de diction, ‘portraits’ etc…)

L’expressivité française et l’exploration du langage sont toujours au rendez-vous.  Notons que le texte privilégie trois genres de langage qui manquent souvent au cursus : langage pratique, langage poétique et langage pittoresque.

La première
En quoi une première de Tintamarre se distingue-t-elle d’une première “classique”?

Une différence, c’est peut-être le nombre de victoires personnelles qui se réalisent sur les tréteaux du théâtre.  Notons que bon nombre de comédiens rejoignent Tintamarre à des fins thérapeutiques (réticences, déficiences linguistiques…).

D’autres renouent avec une première langue qui a été ensevelie par la force des choses.  Beaucoup découvrent une nouvelle voix à travers le langage théâtral, alors que d’autres apprenent à valoriser l’expression de soi aussi bien que les codes de communication hérités de l’autre!